AC : Méthodes de production de l'argent colloïdal

Je vais m’aider du livre de Frank Goldman encore une fois. Dans son livre, il énumère 3 méthodes de production qui sont :

  • La méthode du broyage mécanique utilisée au début du siècle dernier produisait de très grosses particules (de l’ordre de 100 microns), cette méthode a été abandonnée.
  • La méthode chimique améliorait l’efficacité de la solution grâce au fait qu’elle permettait de produire des particules moins grosses, mais avait un inconvénient, celui de former un colloïde par précipitation chimique en ajoutant un réducteur (généralement un acide fort) à un sel d’argent (généralement du nitrate d’argent) et donc une solution toxique.
  • La méthode électrique, dite aussi « électrocolloïdale » est celle qui devait prévaloir. C’est la méthode la plus simple et la plus sûre. Voir ce message pour le principe de base.

Pour la méthode électrique, il existe entre autres deux procédés dont LVDC (Low voltage direct current, basse tension courant continu) et HVAC (high voltage alternatif current, haute tension courant alternatif) :

  1. Le procédé LVDC utilise généralement des voltages entre 12 et 30 volts
  2. Le procédé HVAC permet de faire passer 170 volts au niveau des électrodes en courant alternatif

Pour les gens qui ne sont pas électroniciens ou électriciens et ne veulent pas acheter d’appareils, le procédé LVDC reste tout à fait accessible (ce qui est mon cas). Dans le livre de Frank Goldman, il ne précise pas quel procédé est meilleur.


Les vues présentées sont les miennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour dans l’article même. Il se pourrait que j’apporte des rectifications ou évolutions dans l’avenir dans un autre article, si de nouveaux éléments viennent contredire mes propos. Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à suivre aveuglement.

Ce contenu a été publié dans Fabrication, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.